Dissolution de l’Association  

La réunion qui s’est tenue chez Guy le 24 juin dernier avait pour objectif de prendre une décision sur le futur de l’Association, avenir laissé incertain lors de l’Assemblée Générale du 9 décembre 2018. Pour mémoire, l’ACHP subissait un williwaw, lequel a forci peu à peu. Les efforts pour y échapper, hélas comme le veut la tradition du Horn, se déployèrent en vain. Le vent crochu a pour effet en premier de décoiffer, en second de crisper, en troisième lieu d’angoisser, puis de rendre fou, bravache jusqu’à la résignation, vide, enfin d’anéantir. Ce sont les sept vertus du vent fuégien, que l’on accepte sans discuter, car il n’est rien de plus beau que d’aller au fond de l’eau vérifier dans quel océan on passera l’éternité. Il fallait un nouveau président, la loi 1901 l’exige, mais l’utilité de cette fonction, depuis plus d’un siècle, est récemment passée dans le bocal à formol ; personne ne s’est présenté. Le cœur me navre de vous annoncer la fin d’un petit voilier d’amitié nommé ACHP.   Donc vivons notre époque, intensément :   -    Dématérialisons ! Plus besoin d’Association, de cotisation, ni de chef. D’où dissolution.

L’Association des Cap-Horniers de Plaisance a été créée en 1995, il y a 24 ans 

Le grand navigateur Olivier Stern-Veyrin en a été  membre d’honneur et  dont on voit le voilier sur l’image ci-dessous

Lors de l’AGE du 24 juin 2018, il a été décidé de réaliser un livre -souvenir.

Ce livre est en bonne voie de réalisation.Il sera distribué gratuitement à tous les membres qui le demanderont

   

 

« Soy el albatros que te espera En el final del mundo. Soy el alma olvidada de los marinos muertos Que cruzaron el cabo de Hornos Desde todos los mares de la tierra. Pero ellos no murieron En las furiosas olas, Hoy vuelan en mis alas, Hacia la eternidad, En la última grieta De los vientos antárticos. »

Je suis l’Albatros qui t’attend au bout du monde Je suis l’âme oubliée des marins morts Qui franchirent le Cap Horn Venus de toutes les mers du monde Mais ils ne sont pas morts Dans les vagues furieuses Ils volent aujourd’hui sur mes ailes Pour l’éternité Dans l’ultime étreinte Des vents antarctiques » Sara Vial (décembre 1992)

Hardi ! les gars, vire au guideau

Good bye farewell…Good bye farewell

  1. Au cap Horn il ne fera pas chaud
  2. Haul away, hé 
  3. Oula tchalez